François Charron – Le Plan Marketing

François Charron et Le Plan Marketing

 

 
Patrick Béland : j’ai l’honneur de recevoir François Charron, chroniqueur tv et personnalité du web canadien. François bonjour, et merci d’avoir accepté mon invitation en m’accueillant chez toi dans ton studio web.

François Charron : merci à toi pour ton invitation !

P : Tu es une autorité reconnue dans le milieu du web et des technologies, on te voit souvent à la télévision en tant que chroniqueur et tu as crée le site www.votresite.ca, qui est une plateforme afin d’aider les entrepreneurs à être visible sur internet. C’est bien ça ?

F : oui exactement. C’est principalement mon entourage qui m’a fait comprendre ce potentiel, car comme je suis chroniqueur à la radio et à la télévision, ainsi qu’animateur de mon site web Françoischarron.com, les gens qui m’écrivaient me demandaient souvent de les aider à gérer le site de leur société. Du coup, je me suis lancé dans cette folle aventure qu’est Votresite.ca

P : Votresite.ca est un site qui a énormément de succès, et les retours sont très positifs sur ton service client. A qui s’adresse ton service et pourquoi l’as-tu crée ? Comment expliques-tu ce succès ?

F : il s’adresse aux entrepreneurs très compétents dans leur domaines, mais qui pour des questions techniques ou de temps, ne peuvent s’occuper de leur site web. Très souvent, ces entrepreneurs sont intimidés par le web, par ses mots parfois compliqués, ou parce qu’ils ont déjà essayé de se créer une visibilité sans grand succès. Très souvent aussi, ces néophytes ne savent pas par quoi et par où commencer. Ce qu’on a fait, c’est qu’on a mis en place un « coffre à outils » qui va justement aider monsieur et madame tout le monde à pouvoir contrôler sa présence en ligne. Et si ma mère, Ghislaine, 70 ans est capable de se créer un site web, alors pourquoi ces entrepreneurs talentueux ne le pourraient pas ? VOUS êtes capable de le faire. D’un autre coté, j’ai vécu pas mal d’expérience négative avec les services clients des hébergeurs web, où j’avais parfois l’impression qu’il fallait avoir un bac en aérospatiale ou parler en chinois pour pouvoir communiquer avec eux. C’est la raison pour laquelle j’ai tenu à rendre mon service client compréhensible pour le plus grand nombre, car je sais qu’il est frustrant de ne pas pouvoir expliquer ses problèmes, d’être méprisé. Le « niveau 1 » du service client n’est pas composé de techniciens au jargon compliqué, mais juste d’ « humains gentils » qui sont là pour répondre à des questions ! Je pense que cela représente l’ingrédient de base de la recette du succès de www.votresite.ca d’avoir à la fois des outils faciles, mais aussi des personnes qui ont envie d’aider les gens.

P : En plus de ton site, je vois que tes pages de réseaux sociaux sont très populaires, notamment ta page Facebook qui a atteint les 106 000 fans. Pour le marché québécois cela est incroyable et remarquable, qu’en penses-tu ?

F : Oui, surtout si l’on sait que je passe souvent pour un détracteur des réseaux sociaux, je blast souvent Facebook par rapport au job qu’il faut accomplir pour avoir des fans sur sa page. Je trouve ce job contraignant et très peu rentable pour les entreprises.

P : Que conseillerais-tu aux propriétaires de PME qui veulent se catapulter sur le web en utilisant Facebook. Est-ce que tu penses qu’une page fan est le minimum à avoir ?

F : Absolument pas ! Facebook représente 1% du trafic des sites transactionnels au Québec donc est-ce que c’est un bon moyen de communication pour vendre en ligne ? Non. Facebook, c’est plus un bon moyen d’entretenir sa communauté. Je vois les choses en 3 étapes : 1ère étape, t’as un site internet. 2ème étape, c’est ton référencement et ton contenu pour être visible sur internet, pourquoi que les gens sachent que t’existes. Et quand t’auras du temps –ce qui n’est pas le cas des entrepreneurs- là, tu pourras penser à avoir la 3ème étape qui est d’avoir une page Facebook. Ce qui est triste, c’est que sur les 106 000 personnes qui me suivent, seulement 16% ont accès à ce que je publie sur ma page ! C’est du spectacle, du mensonge, du sur business. Facebook m’empêche de parler à mon monde. C’est bien beau d’avoir 106 000 fans sur Facebook, mais je ne parle en réalité qu’à 16 000 d’entre eux ! Il y a trop d’entreprises qui gaspillent sur énergie sur Facebook, alors qu’il y a des sites comme Linkedin, Twitter ou Pinterest qui sont beaucoup plus efficaces. Il est surtout important de prendre conscience de l’immensité du web. En plus, Facebook me coute une fortune. J’ai une fille à plein temps pour gérer les messages des fans sur Facebook (quelques 10000 emails par semaine). Si on parle business deux minutes, vous verrez qu’on ne fait pas d’argent en répondant à des emails. Cette même fille entretient les réseaux sociaux, et celui qui génère le plus d’interaction est effectivement Facebook ; ça fait également plus de pub, plus de pub génère plus de trafic, plus de trafic génère plus d’argent. Mais c’est un sacré investissement au départ !

P : Mais est-ce que tu vois un retour sur investissement ?

F : Oui. Parce que je fais la promotion de mes contenus. Je suis également un média, via le site www.françoischarron.com. Plus j’ai de visiteurs, plus je fais d’argent. J’utilise mon site pour drainer du trafic. Et cela m’agace de voir que d’autres médias donnent leur contenu à Facebook. « Hey les gars, voyons donc, est ce que vous êtes en train de donner votre argent à Facebook ? ». Alors oui, ils ont des pages Facebook populaires, mais ça leur rapporte rien, ça ne ramène rien à leur site internet.

: Donc ta stratégie, c’est d’attirer le lecteur. Tu vas avoir un blog ou un site à l’extérieur de Facebook, et vas utiliser Facebook pour créer un achalandage et donc attirer plus de visiteurs

F : C’est exactement ça. Ton site internet, c’est ta maison. Tout le reste, c’est l’extérieur, c’est-à-dire le social, avec tes amis, des inconnus etc. Du coup, tu vas rencontrer des inconnus à l’extérieur (réseaux sociaux), puis tu vas les inviter à manger à la maison (c’est-à-dire sur ton site). Sur internet, la seule chose que tu contrôles à 100% c’est ton site internet donc mets-y ton énergie, et utilise le reste pour attirer du monde. Toute entreprise, petite ou grande, qui utilise cette stratégie a du succès. Et si on regarde les autres qui se sont perdus un peu dans leur stratégie qui se sont mis à moins s’occuper de leur site web, à être à gauche puis à droite, on voit que sur Google ils n’ont pas eu d’impact, tout simplement parce qu’ils ne se sont pas occupés suffisamment de leur site. Du coup, ils baissent dans les ranking Google. Vous préférez être premier sur Google ou avoir beaucoup d’amis Facebook ? A un moment il faut faire un choix. Etre numéro 1 sur Google, c’est avoir de l’argent à la banque. Pour être intéressant aux yeux de Google, il faut que les gens parlent de vous.

P : L’important sur le web est d’avoir une stratégie de backlinking, c’est-à-dire des liens qui pointent vers votre site et qui envoient un signal à Google : « je suis important ».  Plus ces liens sont sont nombreux, plus votre position sur Google est haute.

F : oui, cependant il faut regarder ces stratégies avec attention car avoir des liens pour avoir des liens n’est pas efficace. Google est rendu tellement intelligent qu’il sait si le lien est pertinent.

P : Tu veux dire qu’il mesure le poids de celui qui a fait le lien ?

: exactement, et il mesure également la pertinence de celui fait le lien. Imaginons que je prenne francoischarron.com qui est visité par 400 000 visiteurs uniques par mois et que je fasse un hyperlien vers un autre site qui n’a rien à voir avec ma thématique.

P : dans l’optique d’améliorer sa position sur google ?

F : oui. Le résultat serait qu’il n’y a pas de crédibilité entre les deux sites, et donc il n’y aura pas un gros impact aux yeux de google. Autre exemple : Si je suis ostéopathe et que l’association des ostéopathes me fait un lien depuis son site, cela aura plus de puissance. Je sais que beaucoup de consultants proposent des campagnes de backlinking en quantité, moi je pense qu’il faut privilégier la qualité. Quelques bons liens bien choisis permettent d’arriver à un résultat. C’est comme lors d’un buffet, vous choisissez les choses qui vous plaisent le plus. Si vous avez la pertinence toujours en tête alors ca va marcher.

P : super. Donc pour résumer, Facebook, ce n’est pas si rentable que ça.

F : disons que Facebook c’est la « cerise sur le Sunday ». C’est un truc qu’il faut faire à la fin, pas au début, et ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

P : Par contre Linkedin aura beaucoup plus de poids pour les entrepreneurs.

F : Oui, Linkedin est très bien pour les professionnels, mais si tu es un détaillant il vaut mieux ne pas y consacrer trop de temps. L’important est d’avoir un e-commerce, les québécois ont dépensé quelques chose comme 163 milliards de dollars en ligne l’an passé

P : Oui, mais tout est parti ailleurs alors !

F : Oui, parce que le canada et le québec sont encore en retard. Et on découvre que c’est les grandes entreprises de 100 employés et plus qui vendent en ligne.

P : Pinterest par contre est plus intéressant que Facebook, et a beaucoup plus de poids au niveau de Google et des ventes directes.

F : Oui, comme je l’ai dit tout à l’heure les ventes directes avec Facebook sont de 1%. Pour Pinterest ce chiffre grimpe à 5% . Donc l’important est de savoir où investir son temps, sur celui qui génère 1% de vente ou 5%.

P : Y’a une stratégie en ligne à développer pour les réseaux sociaux, car chaque entreprise et différente et a son propre créneau à exploiter. Cette stratégie peut aussi passer par des articles de blog.

F : Absolument. Il faut s’occuper de son site, comme tu t’occupes de ta maison. Si t’es parti trop longtemps de chez toi, tu trouveras tes affaires devant la porte. C’est pareil pour Google. Il te met à la porte si tu ne t’occupes pas de ton site.

P : Tu te retrouves en 100ème page de google ! Et même si tu te retrouves en 2ème page, tu n’auras pas non plus de trafic car 90% des clics ont lieu dans les 3 premiers résultats de la 1ère page.

F : Exactement

P : Tout à l’heure tu n’as dit que tu avais un assistant pour Facebook. Ton taux horaire est donc supérieur à ce que tu tires de Facebook ?

F : oui, cependant j’ai de l’admiration pour les gens qui font eux même leur communication sur les réseaux sociaux, notamment Véronique Cloutier. Elle a choisi de gérer ses réseaux sociaux parce qu’elle veut échanger avec les gens. Moi je suis de ceux qui interagissent ponctuellement, car j’ai une équipe qui produit 5-6 chroniques par jour ; de cette façon ça me permet de libérer du temps pour les conférences. Je ne suis pas quelqu’un qui ai essayé de cacher l’arrière scène, j’ai voulu être honnête avec mon audience en étant transparent.

P : Donc y’a rien de mal à avoir un assistant qui s’occupe de son web ?

F : Non. Ce que je conseille, c’est de s’entourer le plus possible de gens qui peuvent vous aider, à condition que vous compreniez ce qu’ils font. Faut apprendre de nos erreurs. Le problème c’est que y’a quelques années, les gens ne voulaient pas s’occuper du web et donc payaient quelqu’un pour le faire. Ca donne de très mauvais résultat. Vous avez l’obligation en tant qu’entrepreneur en 2014 de vous intéresser un minimum au web, c’est le défi de notre génération. En comprenant comment cela fonctionne, pour pouvoir juger le travail de ceux avec qui vous travaillez. Tu as l’obligation de maitriser tes affaires, c’est toi le boss, alors il faut que tu sois le boss de ton site web, il faut que tu sois le boss de ton consultant, et pas l’inverse. Le web est rendu au cœur de nos vies, si tu ne le maitrises pas, tu peux faire un CV et oublier ça

P : Si tu n’as pas de présence sur le web, ton compétiteur pourrait prendre de l’avance

F : malheureusement, c’est le cas

P : Tu as également ton propre studio vidéo, peux-tu nous expliquer pourquoi ?

F : la vidéo c’est le meilleur moyen de communication sur internet si vous voulez que le message passe. On retient 10% de ce qu’on lit, on retient 30% de ce qu’on entend, et on retient 50% de ce qu’on voit et ce qu’on entend. Les chances de retenir l’information avec une vidéo sont beaucoup plus importantes qu’une transcription de la vidéo.

P : Raison pour laquelle Youtube est le deuxième moteur de recherche en importance

F : oui, et c’est compréhensible car il est beaucoup plus facile de se croiser les bras et de regarder une vidéo sur une fiche produit que de lire la description. Pareil dans un restaurant, si t’as le chef qui te raconte le menu du jour, tu ne liras pas le maudit menu du jour. La vidéo est puissante et s’est démocratisée surtout sur cellulaire, avec le haut débit.

P : d’ailleurs l’importance de la vidéo est flagrante sur les résultats de recherche, où un visiteur aura beaucoup plus de chances de cliquer sur la vidéo plutôt que de cliquer sur un simple hyperlien

F : effectivement, le visiteur va toujours se diriger vers le contenu le plus agréable à consulter

P : Donc pour ton entreprise, c’est primordial d’avoir des vidéos.

F : exactement, et tout à l’heure on parlait de Facebook et des gens qui y accordaient beaucoup de temps, justement ces gens feraient mieux d’utiliser ce temps pour creuser Youtube

P : En plus si t’es sur Youtube, t’apparais aussi sur Google (vu que c’est la même compagnie)

F : oui il faut se concentrer sur son référencement Youtube, c’est-à-dire faire en sorte d’apparaitre dans les premiers résultats. Il faut utiliser les bons mots clés, les bonnes descriptions. Ensuite les visiteurs qui seront intéressés par ton produit seront redirigés vers ton site web, et ils deviennent un client.

P : en ce qui concerne la durée des vidéos, il vaut mieux faire 20 vidéos de 1 minute plutôt qu’une vidéo de 20 minutes ?

F : Oui tout à fait, après il est possible d’avoir des vidéos plus longues en intégral (pour les conférences, les formations, etc) mais pour une vidéo seulement promotionnelle il faut privilégier les formats courts. 30, 40, 50 secondes

P : c’est juste pour attirer le client vers la « maison » qui est votre site web

F : Un produit, une vidéo, un message.

P : On va maintenant parler d’Amazon, qui est devenu le 3ème moteur de recherche en importance après Google et Youtube. Avoir une présence sur Amazon, et donc un livre à proposer est-il bénéfique pour un entrepreneur ? Que penses-tu de cela ?

F : Toute présence en ligne qui est crédible, est importante. Si t’es capable d’avoir une présence sur Amazon, c’est très bénéfique. Si par exemple un conférencier a la bonne idée d’écrire un livre sur ce qu’il fait, et de le vendre ou de l’offrir, alors ça crée des hyperliens vers ton affaire. De la même manière si tu es détaillant et que tu vends des produits sur ton site, tu peux aussi les mettre en vente sur Amazon parce que ca va te créer une vitrine (cela marche aussi avec Ebay, et toutes les plateformes importantes). On n’utilise pas assez Amazon dans le domaine du livre électronique, parce que c’est un peu nouveau et les entrepreneurs ne voient pas trop les impacts sur le référencement.

P : Amazon est une très bonne stratégie pour les entrepreneurs, avec la création d’un blog en parallèle.

F : oui effectivement, si t’as un blog tu peux diffuser différents messages régulièrement, à l’occasion, quand on a quelque chose d’intéressant et de pertinent à dire.

P : Informer, éduquer, divertir les visiteurs en proposant du contenu de valeur est essentiel.

F : oui, c’est ce qui fait que les gens reviendront sur ton site. Pourquoi vais-je choisir le vétérinaire A plutôt que le B ? Simplement parce que je suis le blog du vétérinaire A. Même chose pour les autres domaines.

P : Est-ce que tu penses que les états d’âmes des propriétaires du blog doivent entrer en jeu ?

F : tout ce qui importe, c’est « la viande », c’est-à-dire l’information. Beaucoup d’entrepreneurs perdent leur temps à mettre leurs états d’âme en ligne, alors que cela n’intéresse personne.

P : oui, ce qu’ils cherchent c’est une solution à leur problème, pas un nouveau problème !

F : oui, pour le reste il y a Facebook. Imaginez un restaurant qui publie ses recettes sur son blog, ce blog risque d’être populaire. Il ne faut pas avoir peur de donner du vrai contenu de valeur, en pensant que vous allez perdre des clients. En fait c’est le contraire. Regardez le chef qui donne des recettes sur son blog, cela n’empêche pas les clients d’aller à son restaurant ! J’ai la meilleure recette de soupe tonquinoise de Montréal, après avoir convaincu la cuisinière de me donner sa recette, mais je veux toujours la manger chez eux, parce que c’est 2 jours de préparation !!

P : quand tu donnes ton meilleur contenu, psychologiquement, la personne qui va lire ça va se dire « wow » et donc aura envie de voir tout le reste. Tu vas créer un lien de confiance avec cette personne.

F : j’ai souvent tendance à dire qu’on met sur un blog tout ce qu’on ne veut pas qu’un compétiteur sache. Il faut établir un lien et une crédibilité

P : François Charron merci d’avoir accepté mon invitation chez toi. Je le rappelle votresite.ca est une plateforme pour votre site web. Et en plus d’avoir une assistance à la clientèle qui est hors pair, cela va vous permettre de faire le premier pas dans le web avec une présence de qualité

F : oui, tu as une boutique en ligne, un système de réservation en ligne, un système pour envoyer des infolettres ; on vous explique comment ne pas vous faire épingler par la CRTC et comment avoir une liste légale. On est votre partenaire pour tous ces outils là.

: Au-delà de votresite.ca il y a aussi LePlanMarketing.com qui va vous aider à créer du contenu, à faire des vidéos marketing, à faire des ouvrages mais également à automatiser ces tâches avec un assistant virtuel grâce à mon plan marketing.

La Vidéo Complète De François Charron et Patrick Béland